Participation au MUNUCCLE 2020

Notre équipe se lance dans une nouvelle aventure : la participation au premier MUNUCCLE virtuel !

Le Lycée Européen de Uccle à Bruxelles organise, comme tous les ans, le MUNUCCLE : une modélisation des Nations Unies au fonctionnement très similaire à celui de l’EUROmad. Dû aux circonstances actuelles, nos participants madrilènes se voient dans l’impossibilité de réaliser le trajet jusqu’à Bruxelles mais comptent bien crever l’écran en participant à la modélisation virtuelle.

Une délégation de 21 élèves du LFM à donc été sélectionnée afin de prendre part à cette aventure qui se déroulera le 2, 3 et 4 octobre 2020 en collaboration avec des dizaines d’élèves du monde entier. Au programme, débats tourmentés, lobbying et nouvelles rencontres pour notre équipe d’apprentis délégués qui devront mêler stratégie politique et éloquence afin de défendre les intérêts de leur pays. Une expérience enrichissante qui leurs donnera un avant-goût savoureux de ce qui les attend en février à Madrid !

Pour plus d’information consultez : http://www.munuccle.eu/

L’intervention d’Anne Louyot

  Ce Mardi 16 Juin, nos ministres de la Culture de l’EuroMad ont eu le grand plaisir d’accueillir la conseillère de la coopération et d’actions étrangères de l’ambassade de France à Madrid, Anne Louyot, parmi eux. Madame Louyot, ayant travaillé notamment en Hongrie et à Berlin lors de la chute du mur a su fasciner nos ministres en exprimant l’importance, selon elle, du plurilinguisme, de la protection du patrimoine culturelle européen ainsi que du partage entre nations et de l’exploration culturelle et linguistique au niveau scolaire en Europe. Au long de son intervention, celle-ci a effectivement eu l’opportunité d’éclairer nos ministres sur plusieurs des sujets débattus au sein de la commission – du plurilinguisme jusqu’aux relations d’échanges culturelles qu’on devrait avoir avec les pays colonisés, par exemple.

« Le plurilinguisme a vertus de mobilité physique, mais aussi intellectuelle »

   Selon Madame Louyot le plurilinguisme aurait plusieurs vertus, « il nous vient en aide quand il s’agit de mobilité physique, mais aussi quand il s’agit de notre mobilité intellectuelle ». Effectivement, elle nous explique qu’un « enfant bilingue passe plus facilement d’un concept à un autre et il détient alors l’accès plus facile à une plus grande variété de savoirs ». De plus, « il est clair qu’on va mieux travailler avec un Allemand quand on parle l’allemand au lieu de vouloir lui parler en anglais, même si on le parle couramment » – cette bonne coopération entre états et personne de nationalités différentes est absolument vital dans la construction d’une Europe forte. 

    Un des thèmes primordiaux lors de n’importe quelle modélisation de débats, que ça soit des Nations Unies ou autre, est bien évidemment la coopération entre ses différents états. Cependant dans le cadre de l’Europe, cette coopération est particulièrement importante quand on s’intéresse au futur disputé de l’Union Européenne – le plurilinguisme pourrait-il nous apporter une réelle solution ?

   Pour notre conseillère française, c’est bien le cas. Il faudrait absolument augmenter et développer de manière sérieuse les compétences linguistiques de notre continent, non seulement pour le bénéfice individuel de nos élèves de secondaire, mais aussi pour le bénéfice général de l’union et alors de nos états. C’est sur ce ton, qu’il nous est expliqué que le combat se mènerait actuellement en Espagne où l’apprentissage d’une troisième langue vivante et étrangère après l’anglais n’est pas aussi évident qu’on pourrait le croire. C’est pour ces raisons, parmi d’autres, qu’Anne Louyot se bat en ce moment dans cette nation déjà bénie d’une impressionnante variété de langues régionales.

« En Espagne, on devrait plus apprendre l’arabe »

   Les questions posées par les nombreux ministres de la culture ont pu amener la conversation plus loin que le plurilinguisme tout simplement à l’échelle européenne. La question des langues non européennes s’est alors installée. En affirmant qu’ayant elle-même étudié longuement le russe, la confirmation que les langues non européennes auraient une grande valeur et importance pour nos étudiants européens est donné. En Europe, par contre, il faut bien commencer quelque part, et selon notre invitée, il est plus sensé, de commencer en étudiant les langues qui nous sont plus proches avant de s’attaquer à certaines langues qui n’appartiennent pas à l’Union Européenne. 

   Elle nous explique également, par contre, que cela dépend du pays en question et que dans le cas de l’Espagne, par exemple, étant donné la proximité géographique mais aussi culturelle, depuis la domination arabe, avec l’Afrique du Nord, qu’elle encouragerait l’apprentissage de l’arabe pour les jeunes Espagnols. En outre, cela pourrait être une façon d’ouvrir la conversation avec certains migrants arabophones s’installant en Espagne.

   Madame Louyot a également affirmé que la possibilité d’étudier des langues dites « rares » telle que les langues régionales, en France, en Espagne ou ailleurs devraient être admises et qu’une bonne idée serait d’instaurer un système de professeurs « dormants » – c’est-à-dire que si un professeur d’allemand, maîtrise aussi le néerlandais, il devrait être donner la possibilité enseigner cette matière secondaire, de façon informelle.

Comment ouvrir le dialogue avec les anciens pays colonisés ?

  Après une question sur les relations qu’un pays colonisateur devrait entretenir avec un pays précédemment colonisé, spécialement quand il s’agit de promouvoir sa langue et sa culture, il nous a été vivement conseillé de partir d’une position « d’échanges culturels » au lieu « d’imposer » d’une certaine manière l’apprentissage de sa langue sur autrui. Toutes les langues se forment tout d’abords des échanges interculturels entre peuples et c’est cela qui fait la richesse de la langue. Même si la situation peut être très compliqué, il faut qu’on essaye de comprendre et de partager avec les anciens pays colonisés.

   Concernant, les traumatismes et les potentielles « erreurs » du passé coloniale ou autre d’un pays, il ne faut jamais qu’un état distribue une lecture officielle de l’Histoire car l’Histoire ne se fait pas d’un seul point de vue ni d’une seule expérience. C’est l’agglomération d’expériences et d’opinions variés qui font l’Histoire.

« Il ne faut pas que l’Europe, ni quelconque pouvoir, raconte une version unique de l’Histoire – toutes les expériences divergentes de l’Histoire, à moins qu’elles soient complètement injustifiables devraient être acceptées. »

« Il faut arrêter de consommer sur Netflix ou Amazon Prime ! »

    Finalement, en abordant le sujet de comment renforcer la culture européenne face aux pouvoirs Américains ou Asiatique, la conseillère a incité nos jeunes tout simplement à cesser de consommer chez eux. Si nous leur donnons des fonds, il est naturel que des compagnies telle que Netflix ou bien Amazon Prime aient une telle influence. Si nous voulons renforcer la culture européenne, il faut que nous consommions européen ! 

Gregory Ryan (Groupe Presse de l’EUROMAD)

Premier jour de débats

La cérémonie d’ouverture nous a donné l’occasion de rencontrer nos quatre premiers intervenants. Par vidéo, Christine Lagarde et Aurélien Barrau; en direct, M.l’Ambassadeur de France en Espagne qui a donné de précieux conseils et notre proviseur, M.Stengel qui a souhaité la bienvenue et un bon EUROmad 2020 à tous les participants.

Après cette cérémonie présentée par les quatreprésidents, nos ministres et chefs d’Etat se sont retroussés les manches et ont proposés leurs amendements.

Dans le sommet, une intervention d’Olivier Dabène a introduit les débats et a éclairé les élèves vers une réflexion plus consciente des enjeux entre les deux parties de l’accord.

Dans les autres commissions, les débats ont directement commencé après une petite mise au point des commissaires par rapport à l’aspect technique.

Bien que le début des échanges ai été timide, les participants ont petit à petit su progressivement se faire une place. Tous les ministres et les chefs d’Etat essayaient de défendre leurs idées et avaient tous leur mot à dire sur les amendements proposés. 

Derrière leurs écrans, les participants se sont démenés: les présidents courent d’une salle à une autre pour gérer les petits problèmes techniques, les journalistes pianotent sur leur clavier ou gratte du papier et les commissaires essayent de jongler entre leur travail technique et leurs responsabilités politiques.

En résumé, ce premier jour d’EUROmad 2020 fut une réussite et nous espérons que les suivants soient tout aussi passionnants voire plus.

Groupe Presse EUROmad

Lancement de l’EUROmad 2020

C’est le grand jour, aujourd’hui à 15h, la présidence depuis le Lycée français de Madrid va déclarer l’EUROmad 2020 officiellement ouvert. Des intervenants, de l’émotion, le jour tant attendu va vous permettre de commencer les débats. 

Cette cérémonie d’ouverture sera dynamique et le plus humaine possible même si nous sommes séparés. 

Connectez-vous au lien ci-dessous:

Cérémonie d’Ouverture

L’événement est ouvert à tout le monde, venez nombreux!

Groupe Presse EUROmad

Interventions d’experts tout au long de la modélisation

JM Casa
Jean-Michel CASA

Ambassadeur de France en Espagne
Ancien représentant permanent de la France auprès de l’Union Européenne, ancien directeur de cabinet du Ministère des Affaires Européennes

C Prieto

Cédric PRIETO
Consul général de France à Madrid

G. Lekens
Gautier LEKENS

Ministre conseiller, Ambassade de France en Espagne
Ancien conseiller diplomatique du Premier Ministre


A.Louyot
Anne LOUYOT

Conseillère de coopération et d’action culturelle auprès de l’ambassade de France en Espagne et Directrice de l’Institut Français d’Espagne


O. Dabene
Olivier DABÈNE

Professeur de sciences politiques à Sciences Po Paris.  Chercheur au
Centre d’Etudes et de  Recherches Internationales (CERI, FNSP).
Président de l’Observatoire Politique de l’Amérique Latine et des Caraïbes (OPALC). Ancien directeur du  Campus Universitaire Europe-Amérique
latine de Sciences Po Paris

S Bobin
Shanti BOBIN

Cheffe du Service économique régional Espagne, Portugal, Andorre
Direction générale du Trésor, Ministère de l’Économie et des Finances

F.Soto
Fernando SOTO

Acteur et réalisateur espagnol, Celda 211, La Pecera, Angel Rubio en la
Casa de Papel…


L.Ruano
Lorena RUANO GÓMEZ

Enseignant-chercheur, Études internationales CIDE (Centre de Recherche et Enseignement en Économie), spécialiste des relations internationales
Europe-Amérique Latine

B.Altieri
Bruno ALTIERI
Astronome, ESA (Agence Spatiale Européenne)

J.Uralde
Juantxo URALDE

Député écologiste, président de la Commission de la Transition Écologique
à l’Assemblée Nationale Espagnole, ancien directeur de Greenpeace Espagne


A. Barrau
Message vidéo de bienvenue d’Aurélien BARRAU
Astrophysicien et philosophe, CNRS

C.Lagarde

Message vidéo de bienvenue de Christine LAGARDE
Présidente de la Banque Centrale Européenne

T.Piketty
Thomas PIKETTY
Économiste, Directeur d’études à l’EHESS

Jeunesse d’Europe et de Méditerranée, engage-toi !

Madrid, le 9 mai 2020

“L’Europe n’a pas été faite, nous avons eu la guerre. (…) L’Europe ne se fera pas d’un coup, ni dans une construction d’ensemble : elle se fera par des réalisations concrètes, créant d’abord une solidarité de fait.”

Cela fait maintenant soixante-dix ans, jour pour jour, que Robert Schuman, un des fondateurs de notre union, prononça ces mots. Mais bien sûr, le monde où vécut Schuman a changé: les sociétés ont évolué, nos modes de vie se sont modernisés, nos pensées se sont renouvelées. 

Pourtant, aujourd’hui encore, les mots de Robert Schuman ont du sens et semblent même avoir pu être imaginés à l’occasion des nombreux événements qui ont mouvementé le déroulement du XIXème siècle où a grandi notre génération. Terrorisme, crises économiques, crises migratoires, guerre commerciale, montée de l’extrémisme, du populisme, réchauffement climatique… Voici quelques problèmes parmi tant d’autres qui perturbent le fonctionnement de nos sociétés et qui menacent l’Union européenne. 

Mais voilà que depuis quelques mois, un autre obstacle a surgi, chamboulant nos vies de manière subite et inattendue et ébranlant tous les organismes de nos nations depuis le chef d’état jusqu’aux simples lycéens.

Semblant inoffensive à son début, une petite “grippe” est devenue une épidémie puis une pandémie mondiale, et enfin une “guerre” comme la qualifient certains dirigeants européens. 

Une autre « drôle de guerre » qui aurait surpris Schuman et son entourage qui sortaient des 5 longues années de la Deuxième Guerre Mondiale: mais désormais, les meilleurs moyens de se défendre dans la rue ne sont plus les fusils mais des masques et des gants… 

Pourtant, cette “guerre”, porte un bilan humain lourd, et engendre déjà des conséquences sociales et économiques dramatiques. 

Cette pandémie, prenant à dépourvu l’Humanité toute entière, a bouleversé tout ce qui nous unit : des événements internationaux comme les championnats sportifs ou les Jeux Olympiques de Tokyo, mais aussi des rassemblements plus simples comme l’EUROmad, au Lycée Français de Madrid.

En effet, pour répondre aux mesures sanitaires en vigueur, notre modélisation a malheureusement dû être annulée.

Trois-cent cinquante participants, treize lycées d’Europe et d’Afrique du Nord, plusieurs générations différentes… C’était notre tentative d’organiser une « réalisation concrète » de Schuman à notre petite échelle de lycéens. C’est encore très loin de grands projets européens comme Erasmus, la fabrique par excellence des citoyens européens, qui n’aurait jamais vu la lumière sans la détermination et l’engagement de Sofia Corradi, autre illustre personnalité européenne; mais c’était le moyen que nous avions trouvé pour concrétiser, à notre manière, ce rêve européen.

Mais nous ne voulons pas nous arrêter là. Nous avons la profonde conviction que la jeunesse européenne doit continuer, malgré tout, à se mobiliser pour promouvoir les valeurs de la démocratie et réfléchir à des réponses concrètes aux crises que traverse notre vieux continent. C’est pourquoi nous avons repensé notre modélisation pour l’adapter aux contraintes que nous impose cette pandémie, plutôt que de l’annuler. L’EUROmad 2020 aura donc bien lieu! La modélisation se tiendra du 5 au 13 juin (Avec une phase de négociations informelles du 5 au 10 juin et de débats formels du 11 au 13) de manière virtuelle au travers des plateformes numériques. 

À l’image de nos institutions, nous nous réunirons ensemble autour de thèmes comme le commerce, les nouvelles technologies, l’environnement, la culture et bien d’autres, tous sans exception bouleversés par la crise sanitaire, ce qui ne peut rendre les débats que plus intéressants! 

Certes, il sera difficile de reproduire par visioconférence ce que nous aurions fait, mais cela restera sans aucun doute une expérience humaine riche qui ne pourra que renforcer les liens qui nous unissent. De plus, ce nouveau format d’EUROmad présente aussi certains avantages qui pourraient vous surprendre.

Enfin, agir par le biais de cette modélisation en cette période historique construira, consolidera notre identité européenne, développera nos capacités oratoires et notre connaissance du monde qui nous entoure, tout comme la modélisation traditionnelle l’aurait fait, malgré toutes les difficultés auxquelles nous devons et nous devrons faire face.

Nous comptons sur vous, jeunesse d’Europe et de Méditerranée pour montrer au monde que nous nous sentons concernés et que malgré le confinement, nous nous mobilisons!

L’équipe organisatrice de l’EUROmad se prononcera prochainement sur les modalités de la modélisation.

Vive l’Europe!

La présidence de l’EUROmad

L’EUROmad 2020 en confinement

Actuellement, nous nous trouvons tous chez nous, confinés, parfois ennuyés… Alors, vous cherchez sûrement, sans succès, une manière de profiter de ce temps en quarantaine, de prendre du plaisir tout en renforçant votre CV pendant cette période difficile… Nous vous apportons donc un événement dynamique, différent, nouveau : un EuroMAD virtuel comme beaucoup de MUN vont l’être en 2020 dans le monde!

Vous voulez débattre, vous exprimer, défendre les intérêts de votre pays, proposer des résolutions? L’EuroMAD ne perdra aucunement son essence ou son ambiance. 

La deuxième semaine de juin, les commissions se réuniront par Visio Zoom pour débattre sur leurs thèmes respectifs. Les participants seront, comme pour l’EuroMAD en présentiel, de différents lycées du monde et nous pourrons tous connaître de nouvelles personnes tout en apprenant de cultures différentes. Et les prix seront maintenus! Un petit rappel: le prix Simone Veil pour la délégation qui privilégie le mieux la coopération entre pays, le prix Charles De Gaulle pour la délégation qui défend le mieux les intérêts de son pays, et un prix au meilleur ministre ou chef d’État au sein de chaque commission. De plus, les cérémonies de clôture et d’ouverture auront encore lieu (virtuellement) et… bien sûr, nous inviterons des experts qui interviendront pour nous éclairer sur les thèmes à débattre et pour nous faire part leurs expériences.

Comme vous le constatez, décidément, l’EuroMAD virtuel ne sera pas inintéressant! Au contraire! Nous vous maintiendrons au courant de l’avancée du projet et attendons avec impatience de vous résumer le déroulé et le succès de l’EuroMAD virtuel 2020!

Les choses sérieuses commencent

Jeudi 16 janvier 2020, 18h30.  Le moment attendu par tous depuis des mois maintenant est enfin arrivé. Les membres de la présidence de l’EUROMAD 2020 se saisissent du micro. Tout le monde est suspendu à leurs lèvres :  ils sont sur le point d’annoncer la répartition des pays.

La liste défile. Chacun se voit attribuer un pays. Chacun a maintenant une mission à remplir. Chacun a maintenant des intérêts à défendre. Les choses sérieuses commencent.  

C’est un moment capital dans le déroulement de la modélisation. Les délégués et chefs d’Etats peuvent d’ores et déjà commencer à se glisser dans la peau de l’homme – ou femme – politique qu’ils devront incarner du 25 au 27 mars. Mais avant toute chose, il leur faut s’attacher à la rédaction des fameux Textes de Politique Générale de leur pays. 

L’attribution des pays permet également aux commissaires de passer à la vitesse supérieure. Et ils ne se sont pas fait attendre ! A peine les pays distribués, ils ont réuni leurs conseils et lancé les premiers débats. “Une harmonisation des impôts au sein de l’UE serait-elle favorable ?” ; “Quelle fiscalisation pour les industries polluantes ?” … Les commissaires des conseils sur l’harmonisation fiscale, sur le commerce ou encore ceux du sommet EUROLAT ont soumis de telles questions à leurs délégués. Pas facile pour des premiers débats… Mais les délégués, plein de ressources, ont tout de même débattu avec verve et entrain ! “Nous avons manqué de temps…” nous a soufflé un commissaire en sortant de la salle de réunion. Tous attendent déjà impatiemment la prochaine réunion-débat ! 

En bref, l’EUROMAD 2020 se concrétise, se précise et approche à grands pas.  Vous en saurez bientôt plus sur ses figures, ses rouages et son déroulement….

Amis européens, nous vous invitons à rester attentifs à nos prochaines publications !

Martin Bottinelli, attaché de presse EUROMAD 

Sachez tout de l’EUROMAD ! Suivez-nous sur Instagram, Facebook, Twitter et sur www.EUROMAD.org

Lancement des commissions

À vos marques, prêts, modélisez ! Mercredi 4 décembre 2019 s’est réuni  pour la première fois le cru 2020 de commissaires et de délégués de l’EUROMAD. Après avoir été informées des conseils au sein desquels elles siègeraient, nos jeunes recrues ont immédiatement plongé dans le grand bain. Les commissaires, en poste depuis la fin de l’année dernière, leur avaient en effet préparé un exercice stimulant. Un sujet polémique et clivant, le groupe séparé en deux, quelques minutes pour que chaque parti trouve des arguments, et en avant pour une heure de débat. Les idées s’enchaînent mais ne se ressemblent pas, les arguments fusent, les esprits s’échauffent : mission réussie. Les commissaires sont ravis de voir que les nouveaux délégués prennent leur rôle à coeur, et sont étonnés par la qualité des échanges. “Pour une première réunion, c’est très prometteur…” nous a soufflé un commissaire, qui ne s’attendait pas à un tel engouement pour cette première réunion. Tous, délégués et commissaires,  n’ont maintenant qu’une hâte : passer aux choses sérieuses. 

    Mais sur quelles problématiques vont bien pouvoir se pencher nos délégués cette année ? L’EUROMAD 2020 s’articule autour de septs conseils et un sommet, tous aussi différents que passionnants. Il sera question d’environnement et de coopération culturelle, mais on parlera aussi de nouvelles technologies, d’enjeux fiscaux et économiques, et même de mémoire historique ! Vous pourrez trouver l’organigramme détaillé de la modélisation dans la rubrique Euromad 2020 de notre site internet.

“Nos délégués sont motivés et ont un grand potentiel. L’EUROMAD s’annonce plus qu’intéressant !” se réjouissent d’une commune voix Carmela Alfageme, Isabella Aouad et Clémence Delcroix. Toutes trois élèves de Terminale S, elles sont également les trois commissaires du conseil EUROLAT, un conseil pas comme les autres. Les membres de cette assemblée sont des chefs d’Etat, et débattent autour des relations qu’entretient l’Union Européenne avec les pays d’Amérique latine… 

Vous voulez en savoir plus sur ce conseil et sur les autres ? Amis européens, nous vous invitons à rester attentifs à nos prochaines publications ! Nous vous emmenerons à la rencontre des acteurs et des organisateurs de cette modélisation, mais nous nous glisserons aussi dans ses coulisses afin d’en comprendre les rouages… Une chose est sûre : vous saurez tout sur l’EUROMAD !

Martin Bottinelli, attaché de presse EUROMAD

Sachez tout de l’EUROMAD ! Suivez-nous sur Instagram, Facebook, Twitter et sur www.EUROMAD.org

Retour sur la réunion de Ludovic Lamant


Le jeudi 17 octobre, nous avons reçu Ludovic Lamant, journaliste responsable des affaires européennes à Médiapart. Il nous a parlé du fonctionnement des institutions européennes, de son travail de journaliste en lien avec les grands enjeux européens. Il a présenté les obstacles qu’il doit surmonter pour rendre compte des débats politiques européens à Bruxelles : il est plus aisé d’avoir accès aux discussions du Parlement que de couvrir certaines institutions avec un rôle décisionnel pourtant plus important telles que le Conseil européen et la Commission européenne.

Ludovic Lamantl a répondu à nos questions sur le projet européen, en insistant sur son rôle d’informer les citoyens face aux politiques à qui revient la fonction de transformer l’Europe et de la rapprocher des citoyens. Lors de cet échange il nous a avoué avoir une préférence pour l’actualité politique européenne, plus déterminante, plutôt que pour l’actualité politique nationale. Nous allons nous inspirer de ses conseils et des connaissances qu’il nous a transmises pour continuer à parfaire notre modélisation de l’Union européenne.